LES LIMITES DE LA POLITIQUE OU POURQUOI L'AIDE AUX PERSONNES HANDICAPEES STAGNE ! (PARTIE 2 )

Publié le par Philippe

LES LIMITES DE LA POLITIQUE OU POURQUOI L'AIDE AUX PERSONNES HANDICAPEES STAGNE ! (PARTIE 2 )


Voici la suite de mon premier billet sur la politique et le handicap.

Dans le premier épisode je vous faisais part de mon scepticisme quant à l'efficacité de la mise en place d'une politique à destination des personnes handicapées en provenance du monde politique.

Cette fois je m'intéresse aux raisons internes qui limitent le champ d'action des politiciens. Ceci est évidemment un avis personnel, n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires et de votre opinion au par commentaires écrits ou audio


LES RAISONS INTERNES

L'homme politique traditionnel cherche à asseoir son pouvoir à l'aide des médias. Voilà pourquoi il traitera toujours en premier les points d'actualité. Passer à la radio et à la TV se révèle très important pour leur devenir politique.

Voilà pourquoi le court terme passe toujours avant le long terme. Or lorsque l'on sait que la politique des personnes handicapées vise toujours un développement durable, à long terme et généralement demande un effort continu, non médiatique on comprend pourquoi nous sommes très mal servi de la part des politiques.

Un exemple frappant est celui d'une connaissance lourdement handicapée qui a décidé de se lancer en politique au niveau de ma ville. lorsque je l'ai rencontré au début de sa carrière, il voulait réaliser un accès hors du commun pour les personnes handicapées, mettre en avant-plan et soutenir les projets sociaux d'insertion, placer des plans inclinés au niveau du mobilier urbain, la bibliothèque et j'en passe...

Je me suis dit : pourquoi pas ? Il connaît forcément le problème pour le vivre lui-même !

Voici plus de dix ans qu'il est en place comme homme politique.. Au début comme simple conseiller communal et ensuite comme responsable des matières sociales suivie des travaux publics...

Depuis dix ans, presque rien n'a changé, aucune modification majeure de notre condition...

Pourquoi ?

Premièrement, il s'est fait coopter dans le parti politique qu'il occupe non pas pour ses idées mais bien pour... son handicap.
En effet, bon nombre de personnages politiques s'affichaient avec lui en photo pour montrer qu'ils soutenaient une personne handicapée, qu'ils se préoccupaient donc de notre sort, qu'ils représentaient un parti social... bref une pub qui ne coûte rien mais qui touchait le coeur du bon citoyen... Voilà l'exemple type d'une décision stratégique et non pas de raison. J'en étais d'ailleurs écoeuré et je me demandais sincèrement si il s'en rendait compte....

Deuxièmement, une fois en place et ayant en charge les matières sociales et les travaux publics, il a été évidemment prié de liquider les affaires les plus urgentes qui n'étaient pas nécessairement en liaison avec le handicap... Il fut mis au courant que le budget était ce qu'il était et qu'il ne fallait pas attendre de miracle... Après avoir servi de publicité, il fut donc prié de rester réaliste et donc de ne pas revendiquer des options politiques non conventionnelles... La politique ambitieuse avait été mise au placard

Troisièmement, comme tout homme politique, son salaire, son avenir dépend de sa réélection qui proviendra des électeurs lambdas et non pas de personnes handicapées qui très souvent se font exempter de vote par certificat médical. Voilà pourquoi il est plus rentable de traiter en priorité les préoccupations des électeurs valides qui demain iront voter. De plus il est tenu pour assurer sa réélection de jouer la carte de la stratégie bloquant certains dossiers, en jouant cette partie de jeu d'échec si stérile pour le citoyen.. Le temps passé à ce petit jeu n'est plus disponible pour autre chose et voilà pourquoi l'output est si mince, si décevant...

Cet homme politique est devenu classique, peu téméraire, soutenant l'appareil du parti et veillant à sa réélection qui ne passera pas par les citoyens qui l'intéressaient au départ : Les personnes handicapées...

Bref, que faut-il en retenir ? Que l'amélioration drastique et réelle ne passera jamais par le politique dans son mode de fonctionnement actuel.
Tout au plus pouvons-nous nous attendre à quelques opérations cosmétiques au cours des années à venir.

Est-ce une raison pour laquelle je n'irai pas voter ? Non, je me fais un devoir de voter même si je ne crois pas en son résultat. Des centaines de milliers d'hommes et de femmes ont été tués pour nous permettre de conserver ce droit, pour éviter la dictature, et éloigner les prétentions de tous ces petits despotes qui veulent verrouiller notre liberté


Non, notre avenir nous appartiendra à partir du moment ou les personnes handicapées seront assez unies pour devenir assez représentatives mais surtout à partir du moment ou nous aurons droit de cité vis à vis des médias... Avez-vous remarqué comment cinq personnes handicapées qui s'enchaînent aux barreaux d'une grille devant une mairie pour revendiquer un meilleur accès auront vite gain de cause, comment les politiques se feront un devoir de l'aider ( et de le faire savoir devant les caméras )...

Lire la suite

Commenter cet article